Déjanté et drôle

Court résumé: Quatre délinquants plutôt maladroits échouent dans leur tentative de braquage. René se fait rattraper par des carabiniers. Pendant ce temps, son frère Diego est recruté par son chef, pour mettre en place une opération visant à diminuer le nombre de retraités…

Mon avis:

Merci aux éditions Denoël pour cette lecture!

J’avais découvert Antonio Manzini avec sa série autour du sous-préfet Rocco Schiavone. Dans ces polars somme toute classiques, l’humour du héros servait de piment pour rehausser le plaisir de lecture. Dans ce nouveau roman, qui est en fait le premier écrit par l’auteur, il n’est pas question d’enquête policière à proprement dite. Cette fois-ci, on est plus dans une histoire de gangsters.

Dans ce type d’aventure, on peut dire que l’esprit malicieux de l’auteur fait merveille. Pour raconter les pérégrinations de ces protagonistes, son écriture et son second degré sont parfaitement adaptés. Les personnages sont un tel ramassis de bras cassés que l’auteur prend un véritable plaisir à les tourner en dérision. Et ça se ressent à la lecture !

Les péripéties se succèdent tambour battant. Les décisions toujours irréfléchies des acteurs les entraînent dans des situations de plus en plus complexes et rocambolesques. Ils semblent tous pris dans l’entonnoir duquel il ne peut sortir que des catastrophes. En tant qu’observateur, on se délecte de les voir foncer, avec conviction, droit dans le mur. On assiste à la mise en action des instincts les plus bas en compagnie de ces écervelés. En découlent des scènes aussi exubérantes que les personnages sont cintrés, c’est à la fois divertissant et particulièrement drôle.

Antonio Manzini réussit une aventure détonante. Sans prétentions et avec pour seul objectif de nous divertir, l’auteur nous dévoile une nouvelle facette de son écriture. Cela peut ouvrir d’autres perspectives pour ces futures productions. J’ai trouvé ce livre assez jouissif  et j’ai l’impression qu’il s’est autant amusé à l’écrire que je me suis amusé à le lire. A la manière d’un Tarantino, il nous livre une histoire de bandit déjantée où tout est possible, surtout le pire. Je vous le conseille donc si vous voulez décompresser, sans prise de tête.

Denoël, Sueurs froides, 317 pages

Traduit par Samuel Sfez

21.90€

"

  1. […] 17h LES LIVRES DE K79 (#465) Antonio Manzini – La course des rats […]

    J'aime

  2. alexmotamots dit :

    Un roman très visuel, alors.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s