Intime mise au point

Court résumé: Alors qu’il est en dédicace à Montréal, Philippe Besson voit réapparaitre Paul, un ancien amant avec lequel il avait vécu une histoire tumultueuse, vingt ans auparavant…

Mon avis:

Merci aux éditions Julliard pour cette lecture!

Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant de découvrir le dernier volet de cette trilogie. Quatre mois après « Un certain Paul Darrigrand » qui nous présentait un amour de jeunesse torturé, Philippe Besson revient avec un récit qui pourrait être considéré comme une sorte de miroir. En effet, les évènements racontés reprennent les mêmes protagonistes mais vingt ans après.

Alors que le précédent s’attardait sur la rencontre, la relation puis la séparation du narrateur avec Paul, ce nouveau volume joue plutôt le rôle de règlement de compte. Ne s’étant pas revus depuis cette ancienne aventure, les deux acteurs se retrouvent pour faire le bilan.

Grâce à des circonstances favorables, autour d’un repas, ils peuvent discuter à bâtons rompus. Ils peuvent ainsi combler le trou des années perdues, parler de leur nouvelle vie, s’expliquer sur le passé et demander des explications. Ils peuvent répondre aux différentes questions restées trop longtemps en suspens : Qu’est-il devenu ? Est-il heureux ? Pensait-il à moi ? A-t-il des regrets ? M’aimait-il ? Mais cet échange plein de tensions est aussi l’occasion de refermer les plaies laissées béantes par la rupture douloureuse et de tourner enfin la page, si elle peut l’être.

La discussion fait passer les deux personnages par une multitude de sentiments. En tant que témoin, on constate qu’ils sont à fleur de peau, confrontés à ce passé chargé d’émotions. On sent toute l’importance de cette mise au point. Chacun avait un besoin viscéral de comprendre et de justifier ses choix pour se libérer l’esprit.

Philippe Besson, à la sensibilité exacerbée, se livre sans fard, au jeu de la vérité. Sa plume est toujours aussi agréable à lire et on se laisse porter par l’intensité de ce dialogue. « Dîner à Montréal » est un bel épilogue qui conclue avec brio ces aventures intimistes d’un jeune homosexuel dans un monde encore craintif.

Julliard, 198 pages

19€

"

  1. lebouquinivre dit :

    Je n’ai jamais lu cet auteur! Lequel me conseillerais tu ?

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    J’avais adoré « arrêtes avec tes mensonges », je m’étais promise de lire « un certain Paul Darrigrand » et voila déjà « Diner à Montréal », je n’arrive pas à suivre…
    Merci pour ce résumé qui me donne envie de continuer de lire cet auteur.
    Belle journée à vous ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. jostein59 dit :

    Je craignais l’enlisement sur le second mais ce dernier roman est particulièrement bien écrit. Un superbe huis-clos

    Aimé par 1 personne

  4. Eve-Yeshé dit :

    je n’ai pas encore lu « Un certain Paul Darriguan » !!!
    j’aime beaucoup Philippe Besson, je me suis arrêtée à « Arrête avec tes mensonges » que j’ai adoré. Je n’avais pas envie de lire son opus sur E. Macron 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. alexmotamots dit :

    Pas tentée par le sujet, mais tu as apprécié.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s