Court résumé: Ils étaient comme des frères, des gamins qui s’occupaient comme ils pouvaient. Jusqu’à ce jour maudit…

Mon avis:

Je remercie les éditions L’Iconoclaste pour cette lecture!

Claudine Desmarteau était jusque-là une auteure de livres pour la jeunesse. Et dans ce premier roman, on constate tout de suite sa propension à comprendre et à exprimer ce que ressentent les enfants. Elle sait parfaitement entrer en empathie avec ses jeunes protagonistes afin de se mettre à leur place.

Alors qu’il entre aujourd’hui dans sa vie d’adulte, le narrateur nous raconte son enfance, celle qui a forgé l’homme qu’il est devenu. Pour ce faire, il revit les moments clés de cette partie de son existence. Très vite, on apprend qu’il va y avoir une tragédie. Alors, il se souvient des petits évènements qui ont conduit à cet incident.

Dans de très courts chapitres (parfois une demi-page), on assiste aux scènes du quotidien, aux jeux futiles, aux guerres d’égos, aux amourettes. Le lecteur voit toutes ces histoires avec la sensibilité inhérente à l’âge du garçon. A hauteur d’enfant, les querelles sont violentes, les déceptions sont radicales, les réactions sont intenses… tout est excessif ! L’immersion dans l’esprit de l’enfant est totale, l’illusion parfaite, grâce à une écriture sèche, sans fioriture.

Avec l’annonce précoce d’un malheur à venir, l’auteure maintient une tension constante. Elle insère dans son récit, par petites touches, une appréhension qui grandit au fil des pages. Elle crée une ambiance inquiétante et une sensation de culpabilité, qui agissent comme un ciel nuageux au-dessus des scènes frivoles de l’histoire.

Savant mélange de nostalgie de notre jeunesse et de drame moderne, « Comme des frères » est un bref roman empreint de mélancolie. Son dénouement est un peu décevant mais il se lit rapidement et dégage une humanité enfantine qui saura exhumer en vous des émotions liées à votre propre passé. Claudine Desmarteau prouve, avec cette aventure sur l’innocence et les tourments de l’enfance, qu’elle a aussi un bel avenir dans le genre adulte.

L’Iconoclaste, 260 pages

18€

"

  1. frconstant dit :

    Critique qui donne envie de découvrir. Merci!

    Aimé par 1 personne

  2. […] (#536) Claudine Desmarteau – Comme des frères | LES LIVRES DE K79 […]

    J'aime

  3. intéressant, merci pour la découverte

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s