Court résumé: Pour masquer l’explosion de la criminalité, le Gouverneur tente de masquer la surmortalité. Il envoie donc un camion frigorifique rempli de cadavres sur les routes…

Mon avis:

Je remercie les éditions Gallimard et Babelio pour cette lecture!

Ils ne sont jamais nommés. Ils sont juste désignés comme Gros, Vieux et l’Architecte. Le lecteur monte dans le camion avec eux. Le road-trip est alors lancé ! La lecture se fait au rythme du voyage. Lorsque les personnages sont en train de rouler, les phrases sont longues, très longues. Elles sont ponctuées de virgules, au rythme du roulis du camion. Les mots se suivent, les idées s’entrechoquent, les digressions s’immiscent sans interruption. Successivement, on entre dans le cerveau de chaque protagoniste, qui va nous narrer sa vision de la situation en cours.

Quand le véhicule s’arrête, que les hommes descendent sur la terre ferme, la syntaxe « normale » reprend ses droits. Les phrases retrouvent une longueur classique, comme une pause dans le périple. Mais ces courts moments ne sont pour autant pas reposants, parce qu’ils sont le prétexte à des scènes de fusillades débridées et sanglantes. Et cela ne dure jamais longtemps, on reprend très vite le volant.

Le roman est court et c’est une bonne chose. L’effet de style utilisé par l’auteur est très efficace mais pourrait devenir lassant. Ne pas croiser de points durant plus d’une page est assez déroutant et ne laisse que peu de place à la respiration. Comme ce huis clos est oppressant, cette méthode est très adaptée pour faire ressentir les sensations au lecteur. Seulement, à la fin, on est content que ça se termine pour pouvoir reprendre son souffle.

Sébastien Rutés réussit un livre atypique et maîtrisé qui vous stressera tout au long de la route. Durant les longues réflexions des personnages, il en profite pour parler du côté sombre du pays traversé (qu’on imagine en Amérique du sud) et des us et coutumes peu commodes de ses habitants. C’est angoissant, violent, macabre, désespéré, tout ce qu’on aime dans un roman noir !

Gallimard La Noire, 160 pages

17€

"

  1. […] Source : (#568) Sébastien Rutés – Mictlan | LES LIVRES DE K79 […]

    J'aime

  2. Ada dit :

    « qui vous stressera tout le long de la lecture » Tu le vends mal TT

    Plus sérieusement, il a l’air intéressant de par sa particularité justement.

    Aimé par 1 personne

  3. alexmotamots dit :

    Le style rejoint le propos de l’auteur.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s