Court résumé: « Et si vous avaliez du verre brisé ». Pourquoi a-t-on écrit cet étrange graffiti sur la vitre du luxueux hôtel Caiette? Et pourquoi précisément le soir où on attend le richissime propriétaire américain…

Mon avis:

Je remercie les éditions Rivages pour cette lecture!

Emily St John Mandel avait été pour moi une révélation de l’année 2016 avec « Station Eleven ». J’avais été ébloui par ce roman atypique et envoutant. Vous comprendrez aisément que j’ai accueilli la sortie de ce nouveau opus avec une certaine euphorie.

Comme elle l’avait si bien fait dans son précédent livre avec la fin du monde, Emily St John Mandel est capable de rendre poétique une histoire de faillite financière. S’appuyant sur ce thème pas du tout sexy, elle nous dépeint le portrait de personnages hors du commun. Ils ont tous des vies différentes, des passés différents, ils auraient pu ne jamais se rencontrer mais ce sont eux qui créent la toile romanesque de ce livre.

Une nouvelle fois, la construction de son récit est originale. L’écrivaine canadienne nous offre un puzzle éparpillé qu’elle se propose de reconstruire avec habileté, naviguant entre hier et aujourd’hui. Cette présentation complexe parait déstabilisante mais elle est parfaitement maitrisée. Tout finit par s’emboiter à la perfection et le rendu final est excellent.

L’écriture magnifique renforce la force hypnotique de cette aventure. Elle met en relief les émotions des acteurs et déclenche une forte empathie pour eux. Le lecteur est embarqué à leurs côtés et est captivé par leurs destins.

« L’hôtel de verre » est aussi inclassable dans sa forme que dans ses personnages. On ne souvient pas de ce genre de livre grâce à son scénario mais grâce à l’expérience qu’il nous a fait vivre. L’autrice nous fait entrer dans son univers imaginaire et celui-ci reste longtemps imprégné dans notre esprit. Même si « L’hôtel de verre » est moins puissant que « Station Eleven », je suis ravi d’avoir assisté encore une fois à la magie d’Emily St John Mandel. Je vous recommande donc chaudement de vous laisser tenter par ce moment littéraire suspendu.

Rivages Noir, 398 pages

Traduit par Gérard de Chergé

Paru le 03 Mars 2021, 22€

"

  1. […] Source : (#659) Emily St. John Mandel – L’hotel de verre | LES LIVRES DE K79 […]

    J'aime

  2. alexmotamots dit :

    Son aspect original m’intrigue.

    Aimé par 1 personne

  3. krolfranca dit :

    J’ai beaucoup moins aimé que Station Eleven. En fait, je ne voulais pas être emmenée sur la piste que l’auteure a choisi…

    Aimé par 1 personne

  4. […] Ils/elles en parlent aussi : Café noir et polars gourmands. Garoupe. Les lectures d’Antigone. Le blog de Krol. Les livres de K79 […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s