(#497) Mazarine Pingeot – Se taire

Court résumé: Alors qu’elle est jeune photographe, Mathilde va être abusée sexuellement par un homme, Prix Nobel de la Paix. Elle va devoir alors continuer sa vie en composant avec les réactions de son entourage et de la société…

Mon avis:

Je remercie Babelio et les éditions Julliard pour cette lecture!

Plusieurs fois, j’ai été tenté par un des livres de Mazarine Pingeot. Seulement, en la voyant intervenir dans des émissions culturelles, j’avais une certaine appréhension face à cette enseignante en philosophie. Je craignais que son écriture et ses résonnements soient un peu trop élitistes pour le simple lecteur que je suis.

J’ai très vite été rassuré. Même si elle traite de sujets de société qui font énormément débat, « Se taire » est un simple roman. Aucune digression, aucune analyse complexe, juste une histoire. Elle nous raconte la vie de la narratrice après une agression dont elle a été victime. On la suit dans tous ses déboires amoureux, amicaux et familiaux. On se retrouve au cœur de son quotidien. Mais bien sûr cette aventure n’est ni futile ni innocente. Elle aborde les différentes facettes des conséquences d’un drame traumatisant. C’est donc le lecteur lui-même qui va lancer ses propres réflexions. Lire la suite

(#496) Valentine Imhof – Zippo

De feu et de latex

Court résumé: Il la surnommait Eva et avait vécu avec elle une relation brûlante. Neuf ans plus tard, il la recherche, son Zippo à la main…

Mon avis:

Je remercie les éditions du Rouergue pour cette lecture!

Comme la couverture et le titre le laissent présager, ce polar est un mélange de feu et de latex. L’atmosphère est sombre et certaines scènes sont assez dérangeantes. L’univers de sadomasochisme et pyromanie entraîne parfois les enquêteurs dans des endroits et des situations glauques. La violence et la douleur sont donc omniprésentes. Mais sous la plume poétique de Valentine Imhof, elles flirtent parfois avec l’érotisme.

Tous les personnages ont un côté malsain. On découvre leurs penchants cachés dont Mia semble le déclencheur. Elle est l’étincelle qui met le feu aux poudres. Par où elle passe, les hommes ne s’en remettent pas. Elle le sait et utilise ses talents pour engendrer une vague de bouleversements qui lui permet de plus ou moins maitriser les évènements. Mais à jouer avec le feu, elle risque bien sûr de se brûler. Lire la suite

(#495) Elena Piacentini – Vaste comme la nuit

Court résumé: Le capitaine Mathilde Sénéchal doit retourner dans son village natal afin de rouvrir un vieux dossier de disparition…

Mon avis:

Merci aux éditions Fleuve pour cette lecture!

Je ne connaissais ni Elena Piacentini ni son œuvre. Mais comme mon année 2019 est placée sous le signe des bonnes découvertes de polars/thrillers francophones, elle avait de fait toute sa place dans mon planning de lecture. Et je ne le regrette pas.

L’héroïne de « Vaste comme la nuit » est de retour sur les lieux de son enfance. Elle est à la recherche de la vérité sur un drame de cette époque, qui s’est effacé de sa mémoire. Pour les besoins de son enquête, elle va s’immiscer dans le quotidien de ses anciens voisins. Et en grattant un peu la vie de chacun, elle va déterrer un certain nombre de cadavres. Tous les coups bas et les actes de traitrise du passé remontent à la surface. Plusieurs histoires sordides se recoupent et le village si paisible en apparence se révèle être en réalité un agglomérat de ressentiments. Lire la suite

(#494) Jean-Baptiste Andrea – Cent millions d’années et un jour

Confirmation

Court résumé: 1954, Stan, paléontologue, entraîne deux autres scientifiques dans un projet insensé…

Mon avis:

Merci aux éditions L’Iconoclaste pour cette lecture!

Le premier roman de Jean-Baptiste avait été une belle révélation pour moi. Ce texte touchant avait marqué mes esprits. J’étais donc impatient de voir ce que l’auteur allait nous proposer ensuite.

Le narrateur de ce livre et ses collègues se lancent dans une expédition au fin fond des montagnes à la recherche d’une chose invraisemblable. Se basant sur une comptine et semblant sortir de nulle part, cette quête acharnée va les isoler dans un univers hostile. Ils vont devoir se battre contre les éléments et contre eux-mêmes afin de remplir leur mission. Mais cette exploration improbable est aussi un prétexte qui vient en écho au passé du narrateur. En effet, celui-ci a été tourmenté par la disparition de sa mère et par la sévérité de son père. Grâce à plusieurs flashbacks, on découvre l’éducation assez rude, pleine de clichés et dénigrements qu’il a toujours voulu fuir. Avec son aventure farfelue, le narrateur veut se prouver à lui-même et à son père, qui l’a toujours rabaissé, qu’il est capable du meilleur. Lire la suite

(#493) Yann Moix – Orléans

Court résumé: Dehors comme dedans, le jeune Yann Moix a connu une enfance pour le moins tourmentée…

Mon avis:

Merci à Net Galley et aux éditions Grasset pour cette lecture!

Comme vous l’avez surement remarqué (à moins d’être enfermé dans une grotte), ce livre a fait beaucoup de remous lors de sa sortie à la rentrée littéraire. Il est à l’origine d’une guerre sans merci entre les membres de la famille Moix, qui rivalisent tous dans l’art de discréditer l’autre… Mais voilà, mon blog n’a pas vocation à s’étendre sur les polémiques et je vais juste tenter de parler humblement de littérature.

Pour nous raconter son enfance, l’auteur découpe son histoire en deux parties distinctes. La première nous expose les évènements qui se sont déroulés dans sa maison familiale et la seconde à l’école. A chaque année scolaire, une anecdote. Même si les violences de ses parents sont au cœur de l’histoire et sont assez choquantes, le reste du livre est un ensemble de souvenirs nostalgiques qui font de Yann Moix l’homme qu’il est aujourd’hui. Il est question d’études, de filles, de musique et surtout de littérature. Il en profite pour faire une ode à ses écrivains fétiches, sans qui il ne s’en serait pas sorti. Lire la suite

(#492) Nicolas Beuglet – L’île du diable

Court résumé: Alors qu’elle va sortir de prison après avoir été innocentée, l’inspectrice Sarah Geringën se retrouve face au cadavre de son père. Cet homme pourtant si discret s’avère être plein de secrets…

Mon avis:

Je remercie les éditions XO pour cette lecture!

Depuis quelques années, le monde du thriller français accueille de nouveaux membres. Comme je suis un fan de ce genre que j’aime intercaler dans mes lectures, j’essaye de me tenir à jour. Et comme les nouveaux arrivés se transforment assez souvent en de belles surprises, ma wish-list et ma bibliothèque ne cessent de croître. Nicolas Beuglet en est un parfait exemple.

« L’île du diable » est la troisième aventure de Sarah Geringën mais l’auteur parsème le texte d’allusions aux précédents épisodes afin de ne pas trop perdre le nouveau lecteur. Pour cette nouvelle affaire assez personnelle, l’héroïne est baladée de lieu en lieu au fil des indices qu’elle trouve. L’enquête qui paraît basique au départ, part très vite sur les sentiers de l’Histoire et de la science. On apprend aux détours des investigations, des vérités sur un passé assez sordide et sur des expériences scientifiques assez troublantes. Lire la suite