(#582) Ketty Rouf – On ne touche pas

Court résumé: Joséphine est prof de philo dans un lycée de Drancy. Chaque soir, elle devient Rose Lee…

Mon avis:

Ce livre a été lu dans le cadre du Prix du Roman FNAC 2020.

Ce roman trouve sa force dans l’antagonisme des vies du personnage. En effet, la narratrice est professeur le jour et stripteaseuse la nuit.

Le matin, elle se lève et va enseigner la philosophie à des élèves guère réceptifs. Elle prêche dans le désert. Quand il arrive un incident avec l’un d’entre eux, elle n’est pas soutenue par sa hiérarchie. La consigne est toujours à l’apaisement pour ne pas brusquer et ainsi éviter les conflits. On assiste donc avec elle à des scènes saisissantes dans lesquelles l’adolescent est roi. De plus, elle communique très peu avec ses collègues et est un peu isolée.

Lorsque le soleil se couche, elle devient une autre. Elle exhibe son corps et fait valoir ses atouts. Les hommes sont envoûtés et lui obéissent au doigt et à l’œil. Elle entre dans une communauté d’amies qui se soutiennent les unes les autres dans les moments difficiles. Lire la suite

(#581) Deon Meyer – La proie

Court résumé: Au Cap, Benny Griessel et Vaughn Cupido, de la brigade des Hawks sont réquisitionnés pour un dossier: le corps d’un ancien membre de leur service a été jeté par la fenêtre d’un train…

Mon avis:

Je remercie les éditions Gallimard pour cette lecture!

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu une aventure de Benny Griessel. En effet, ma dernière lecture à ses côtés, « Le pic du diable », datait de quelques années mais je me souvenais avoir passé un bon moment.

Ce nouvel épisode contient très peu de références et peut donc facilement se lire indépendamment. La narration est divisée en deux parties bien distinctes. On jongle à chaque chapitre entre les deux histoires. La première s’intéresse à une enquête policière avec des suicides inexpliqués. Un duo d’inspecteurs se chargent des investigations sans vraiment respecter le protocole qu’on leur impose. Ils doivent faire des entorses au règlement afin de ne pas céder à la pression de leur direction corrompue et faire éclater la vérité. Dans un deuxième temps, on part sur les traces d’un tueur, exécuteur des basses besognes. Il traîne derrière lui un passé qu’il veut oublier mais son envie de justice sera plus forte. Lire la suite

(#580) Ivan Vladislavic – Distance

Court résumé: Branko et Joe sont deux frères, élevés dans l’Afrique du Sud des années 70…

Mon avis:

Ce livre a été lu dans le cadre des Explorateurs de la rentrée littéraire du site lecteurs.com.

La narration alterne entre les points de vue de deux frères. A travers leurs témoignages et leurs souvenirs, on découvre deux versions de cette époque et de ses évènements. Branko semble se souvenir d’une multitude de moments d’adolescence aux côtés de sa famille, il raconte ses copains, ses amours, ses parents, son frère. Toutes ces histoires d’enfance donnent une idée de l’ambiance et du mode de vie de cette période. Joe, lui, est beaucoup plus monomaniaque. En effet, le plus jeune de la fratrie voue une obsession sans borne à Cassius Clay, l’homme qui est devenu le grand Mohamed Ali. Lorsque celui-ci décide de parler de son idole, il utilise un style journalistique. Il décrit avec détails ses voyages, ses coups d’éclat et surtout ses combats. Lire la suite

(#579) Gilles Marchand – Requiem pour une apache

Court résumé: Wild Elo, ancien chanteur à succès est devenu désuet. Il se retrouve dans un hôtel où il fait la connaissance de Jolene, qui va marquer sa destinée…

Mon avis:

Je remercie les éditions Aux Forges de Vulcain pour cette lecture!

Gilles Marchand se met dans la tête d’un artiste sur le déclin. Ce narrateur entre par hasard dans un groupe. A l’intérieur de celui-ci, se réunissent des individus qui ont en commun de se sentir rejetés. Petit à petit, une communauté va se former.

L’auteur nous ouvre les portes d’un hôtel, qui ressemble à première vue à une cour des miracles, mais qui se révèle être un concentré de bienveillance. On y croise toutes sortes de personnages, tous aussi singuliers les uns que les autres. La parole est donnée à ces oubliés de la société, à ces exclus de la normalité. Chacun raconte son parcours et les obstacles qu’il a rencontré dans la vie. On découvre alors le quotidien de petites gens, aux métiers modestes, aux destins tortueux. Lire la suite

(#578) Mo Malo – Nuuk

Court résumé: Alors que Qaanaaq est forcé par sa hiérarchie à réaliser un tour des postes de police du pays, il va être confronté à une épidémie de suicides…

Mon avis:

Je remercie les éditions La Martinière pour cette lecture!

Je n’avais jamais lu Mo Malo mais j’avais déjà lu Frédéric Mars. Ces deux noms ne sont en fait que des pseudonymes d’un même auteur. Comme j’avais beaucoup aimé « La lame » du second, je me faisais une joie de découvrir la face nordique du premier.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet écrivain sait créer une ambiance. Dans les pas du personnage principal, on voyage à travers le Groenland. Sur cette gigantesque île, on ressent la neige, le froid, l’atmosphère polaire qui règne dans ces multiples contrées isolées. Le dépaysement est total. Lire la suite

(#577) Hector Mathis – Carnaval

Court résumé: Atteint d’une maladie grave, Sitam a quitté tous ses proches durant quelques mois. Revenant sur sa décision, il part à la recherche de sa compagne. Sans succès. Le coup de fil d’un ami de jeunesse va le rappeler dans sa banlieue d’origine. Un des leurs est mort.

Mon avis:

Ce livre a été lu dans le cadre des Explorateurs de la rentrée littéraire du site lecteurs.com

Alors que l’on suit les traces de Sitam, le début du livre est un peu déstabilisant. Le narrateur se cherche et nous livre un long discours intérieur. Avec de courtes phrases, il observe son environnement et s’égare dans des réflexions sur son destin. On assiste alors aux divagations d’un esprit paumé. J’ai trouvé cette introduction un peu brouillonne jusqu’à ce qu’un évènement dramatique donne une nouvelle orientation au texte. Lire la suite