Dystopie délirante

Court résumé: Victimes de la crise économique, Stan et Charlaine vivent dans leur voiture. Leur destin va être bouleversé le jour où il vont découvrir l’existence de Consilience. Cette ville propose de loger ses habitants en échange de passages réguliers en prison…
Mon avis:
Merci aux éditions Robert Laffont pour cette lecture!

En ces temps, comment passer à côté de Margaret Atwood ? Avec le succès de la série télévisée, son roman « La servante écarlate », pourtant écrit il y a 30 ans, est devenu un véritable phénomène littéraire de cette année. Comme j’essaye d’être toujours à la pointe de l’actualité, je me voyais dans l’obligation de découvrir cette auteure et ce, grâce à sa dernière œuvre de science-fiction.

Avant de débuter ce livre, j’imaginais que Margaret Atwood produisait des dystopies pour adultes, à l’instar de George Orwell et de son 1984. Je pensais qu’elle traitait plus le fonds que la forme. Mais c’était une erreur de ma part

et c’est pourquoi j’ai été un peu déçu par ma lecture. Même si elle s’attaque à des thèmes d’adultes, le couple, le sexe, la perversion, la mort, elle les traite comme dans un roman pour Young Adult. En effet, rien n’est approfondi, l’essentiel reste en surface. Les personnages ne sont que des acteurs sans émotions. Tout le contexte de cette dystopie, qui aurait mérité d’être affiné pour en appréhender les caractéristiques et pouvoir mieux la condamner, est passé sous silence. Il n’est juste qu’un constat de départ où l’auteure va greffer son aventure. De plus, je n’ai pas vraiment compris l’intérêt de ce concept initial. Pour moi, cette alternance entre prison et liberté n’a pas de légitimité économique ou sociale et annihile dès le début la crédibilité du propos. Ce qui confirme qu’il n’y a aucun engagement idéologique et que la seule ambition de ce roman est de divertir.

Finalement, une fois ma désillusion mise de côté, j’ai pu profiter un peu plus de cette histoire plutôt délirante. L’écriture est agréable et on assiste à plein de scènes loufoques complètement décalées, qui permettent d’aborder des sujets sans jamais se prendre au sérieux et même parfois avec humour. C’est un récit d’anticipation qui n’a donc ni fondement ni message. Vous passerez peut-être un bon moment avec ce livre si vous ne faites pas comme moi et que vous l’abordez comme un simple divertissement farfelu et superficiel. Pour ma part, je suis resté de bois.

Robert Laffont, 441 pages
22 €

12/20

PS: Et n’oubliez pas de participer à l’Enorme Concours 2017 pour gagner des tonnes de livres: c’est ici!

"

  1. aufildeslivres dit :

    Il me tentait moyennement … J’avais lu des avis mitigés; Je suis contente de lire ta chronique.

    Aimé par 2 personnes

  2. lorenztradfin dit :

    Hah – je l’ai emmené d’Allemagne en version allemande…. il va disparaître dans les bas étages de ma PAL….

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ce billet qui m’ôte tout regret !
    Le long extrait que j’avais lu sur internet, ne m’ayant pas enthousiasmée, je ne l’ai pas acheté .

    Aimé par 1 personne

  4. Cacounette dit :

    Décidément, je ne suis pas convaincue : j’ai abandonné La Servante, je passerai celui-là également !!!

    Aimé par 1 personne

  5. LydiaB dit :

    Ah mince, je me préparais à le lire…

    J'aime

  6. J’ai lu la servante écarlate, voilà bien longtemps, j’avais eu du mal a me faire à l’environnement très futuriste, sans humanité, si mes souvenirs sont bons. Malgré tout j’avais terminé ce roman car l’auteur donner envie de savoir le dénouement final. En faite, il faut aborder cet auteur sans appriories et se laisser porter.
    Je crois qu’il n’y a pas de milieu, on aime ou on n’aime pas !
    La quatrième de couverture ne me tente pas.
    Merci pour votre partage d’opinion, très bonne fin de semaine à vous ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. Ada dit :

    « elle les traite comme dans un roman pour Young Adult » Plutôt dommage pour une autrice de cette trempe… Mais j’avoue qu’après ma lecture de La servante écarlate, même si j’ai apprécié certaines choses et que la structure du roman était pas mal foutue, l’écriture m’avait un peu refroidie. Avec ça + ton avis sur son dernier roman, je lui redonnerais pas sa chance de sitôt !

    Aimé par 1 personne

  8. Lutin82 dit :

    Non, j’ai vraiment trop de mal à accrocher aux roman « délirants ». Je passe.

    J'aime

  9. Cat dit :

    Toujours pas lu cet auteur… J’hésite du coup…

    Aimé par 1 personne

  10. alexmotamots dit :

    Je te rejoins complètement. Je ne comprends pas le succès de ce roman inabouti.

    Aimé par 1 personne

  11. […] J’ai passé un moment presque série-télévisuellement – avec des séquences plus ou moins captivantes –  suis tombé sur deux/trois incohérences et  pense toujours que « La servante écarlate » est un bien meilleur livre (et plus cohérent dans sa philosophie) -mais je ne partage pas (totalement) l’opinion (déçue) d’Antony que voici : https://leslivresdek79.wordpress.com/2017/12/28/360-margaret-atwood-cest-le-coeur-qui-lache-en-derni… […]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s