Adolescence enneigée

Court résumé: 1935, Robin rencontre Conrad en classe préparatoire. Ce garçon intrigant, plus vieux que lui, va devenir son ami et une pièce importante de son destin…

Mon avis:

Merci aux éditions Gallimard pour cette lecture!

Laurence Cossé m’avait surpris avec son précédent ouvrage. En effet, elle avait réussi le tour de force de me passionner pour une histoire pourtant banale, celle de l’Arche de la Défense (chronique ici). J’avais dévoré cette épopée qui s’était révélée être d’un grand romanesque.

Pour ce nouveau livre, elle change complètement de registre pour revenir à un roman classique. Robin, son narrateur, se remémore des épisodes de sa jeunesse qui ont eu lieu dans la période d’entre-deux-guerres. L’action se joue pendant des évènements politiques importants qui vont marquer l’Histoire de France. Cette toile de fonds imprègne le roman mais les préoccupations des adolescents sont ailleurs. Dans ce retour en arrière, on découvre l’ambiance particulière des classes préparatoires. On entre dans le quotidien des étudiants de l’époque. Robin partage alors ses inquiétudes et ses tourments liés à la jeunesse de cette partie du siècle. En suivant le parcours de ses protagonistes, l’autrice en profite pour parsemer des informations intéressantes sur l’invention des stations de ski et sur la naissance du tourisme hivernal.

Cette histoire est aussi une celle d’une amitié. Robin entretient une relation particulière avec Conrad, un élève fascinant, centre de toutes les attentions. Cette amitié un peu torturée est tellement intense qu’elle tend presque vers l’idolâtrie. Constamment soucieux de lui plaire, il va tout mettre en œuvre pour exister à ses yeux. Le pouvoir de séduction de Conrad va guider certains de ses actes. Mais le drame n’est jamais loin…

Même si plusieurs thèmes importants sont abordés dans cette histoire, même si le récit est plaisant et parfois intrigant, je n’ai pas vraiment compris où l’autrice voulait nous emmener. Durant ce très court roman, j’ai simplement tourné les pages, sans répit, avec l’envie de connaître la suite. L’écriture académique de Laurence Cossé est exigeante mais très fluide et je me suis pris au jeu jusqu’à la fin… malheureusement un peu anodine. Cette lecture a donc été agréable pour moi, mais elle me laisse un petit goût d’inachevé. Dès lors, j’ai peur que le souvenir de ce livre s’efface rapidement de ma mémoire.

Gallimard, 142 pages

13.50€

"

  1. jostein59 dit :

    C’est déjà bien de passer un bon moment le temps de la lecture.

    Aimé par 1 personne

  2. Angelilie dit :

    J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

    J'aime

  3. alexmotamots dit :

    Intéressant mais pas indispensable, donc.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s