Court résumé: Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron. Et pas très loin d’eux, la guerre et un train…

Mon avis:

Ce livre fait partie des 5 finalistes du Prix Orange du livre 2019, dont je suis juré!

Merci aux éditions Seuil et à lecteurs.com pour cette lecture!

Jean-Claude Grumberg souhaite nous parler d’un thème qui lui est cher et qui a frappé sa famille de plein fouet : la déportation. Pour se faire, il a décidé d’utiliser le format original du conte.

On va suivre les aventures d’une enfant, fille de déportés, d’une famille paysanne sans enfant, d’un bucheron solitaire et rustre, d’habitants pleins de préjugés…Tous les ingrédients d’une fable sont réunis. L’auteur peut alors mettre en exergue tout ce dont l’homme est capable dans le meilleur comme dans le pire et tout ce qui finalement le caractérise. Derrière le destin de ses personnages à qui il arrive des évènements rocambolesques, se cache bien entendu une manière détournée de parler de cette page tragique de la seconde guerre mondiale et de l’Histoire de l’humanité.

Pour moi, le choix de la fable a des effets pervers. Elle permet à tous lecteurs un accès facile à une histoire, difficile de prime abord. Elle y apporte aussi un peu de légèreté. Mais, en même temps, elle réduit les évènements à de l’imaginaire, ce qui a tendance à adoucir les faits. La brièveté du propos (le livre se lit en moins d’une heure…) n’arrange rien à l’affaire et fragilise, elle aussi,  l’impact sur notre sensibilité et sur notre mémoire.

Alors, à la question « Faut-il le lire ? », je réponds « Bien sûr ! ». La plume est magnifique et le message primordial. Seulement il ne faut pas l’aborder comme un livre essentiel sur cette période et plutôt comme une porte d’accès aux drames de notre l’Histoire. Je le trouve plus touchant par le contexte historique et par le passé de Jean-Claude Grumberg que par l’aventure en elle-même qui est, comme un conte, superficielle et irréaliste. De toute façon, un texte nous rappelant les horreurs dont nous sommes capables, ne peut pas être inutile !

La librairie du XXIème siècle, 103 pages

12€

"

  1. […] (#458) Jean-Claude Grumberg – La plus précieuse des marchandises | LES LIVRES DE K79 […]

    J'aime

  2. alexmotamots dit :

    Une très belle écriture. Pas fait de billet.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s