Court résumé: Schneider est un jeune officier de police judiciaire, il a travaillé à Paris et vient d’être muté dans une ville moyenne de l’est de la France, une ville qu’il connaît bien. Dès sa prise de fonctions, un père éploré vient signaler la disparition de sa fille Betty, une adolescente sérieuse…

Mon avis:

Je remercie les éditions Rivages pour cette lecture!

Hugues Pagan est un écrivain assez discret qui n’est pas très prolifique. Je l’avais repéré lors d’une émission dans laquelle il parlait de son dernier roman, après 20 ans d’absence. C’était en 2017. Par curiosité, j’avais tenté ce « Profil perdu » et je n’avais pas regretté mon choix.

Avec cet auteur, l’ambiance est au cœur du roman. Il a été inspecteur de police pendant de longues années. Il sait de quoi il parle. Pour raconter ce métier, il ne cherche pas à faire de la surenchère. Pas de descriptions sanguinolentes, pas de poursuites effrénées, pas de tueur en série démoniaque, pas de rebondissements à répétition, seulement une réalité. Le lecteur est au plus près du quotidien d’un service de police.

On retrouve son personnage récurrent, Schneider, dans le début des années 70 alors qu’il n’était encore qu’un jeune officier. Plusieurs dossiers atterrissent sur son bureau et il met un point d’honneur à les résoudre. A ses côtés, on déambule dans toute la structure judiciaire, où l’on croise les effluves du pouvoir, de la politique, de l’information. Chaque partie du système déplace ses pions pour défendre ses intérêts. Dans ce monde d’ambition, Schneider apparaît comme un chien dans un jeu de quilles, incontrôlable. Il n’est pas prêt à lâcher ses convictions même sous la pression.

L’auteur a conservé son écriture envoutante, qui alterne entre élégance et crudité. Par les mots, il sait cerner les maux d’une société. Loin d’être nostalgique, ce roman sombre est le témoignage d’une époque, sans concession. Même si l’intrigue peut paraitre un peu faible et qu’il ne se passe pas grand-chose, Hugues Pagan a encore réussi à me passionner, en m’immergeant dans la vie tourmentée de son antihéros taciturne. Je suis heureux que ce maître du roman noir soit revenu aux affaires !

Rivages/Noir, 444 pages

Paru le 5 janvier 2022, 20.50€

"

  1. alexmotamots dit :

    Un anti-héros qui a l’air passionnant.

    Aimé par 1 personne

  2. Je viens de le finir, et j’ai adoré retrouver et surtout découvrir les premiers pas de Claude Schneider en tant qu’inspecteur à la crime

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s