Court résumé: Montréal, 2011. Jack Deveraux reçoit un appel de son frère cadet, Calvis, accusé de tentative de meurtre. Il doit alors retourner sur les lieux de son enfance, où sévit toujours un assassin.

Mon avis:

Je remercie les éditions Sonatine pour cette lecture!

J’ai une relation de longue date avec R.J Ellory, qui oscille entre petites déceptions et grands moments de lecture. Ces textes sont toujours bons mais certains sont plus marquants que d’autres. Je trouve que son talent s’exprime vraiment quand il se place à hauteur d’homme ordinaire. Et c’est une nouvelle fois le cas dans cette aventure où le héros revient sur les lieux de sa jeunesse.  

La recherche de la vérité du passé reste le fil conducteur de « Une saison pour les ombres ». Le personnage principal suit toutes les pistes afin d’essayer de sauver son frère. Néanmoins, à travers cette quête, le lecteur voit surtout défiler le portrait d’une communauté isolée. Il entre au sein de ces familles qui tentent de s’en sortir malgré les conditions difficiles. Le travail est dur, l’argent manque et quand des tragédies surviennent, les habitants sont seuls au monde.

Ceux qui ont adoré « Seul le silence » se retrouveront dans ce dernier opus. L’auteur reprend tous les ingrédients qui ont fait ses grands livres. Sur un rythme lent, l’écrivain creuse ses protagonistes. Il approfondit leur psychologie en révélant leur passé. Ainsi, ils nous apparaissent avec leurs qualités et leurs défauts. On est donc en empathie parce que l’on se reconnait en eux. Les acteurs de ce drame ne sont ni des héros ni des méchants, juste des êtres humains, qui doivent se battre avec leurs familles, leurs entourages et aussi avec eux-mêmes.

Grâce à cette histoire, R.J Ellory prouve qu’il peut être un grand romancier du noir, quand il concentre ses ambitions sur ses personnages. Sa capacité à créer des ambiances sombres, des scénarios surprenants, des individus étoffés et nuancés lui permet d’ébranler notre sensibilité. A mon avis, s’il persiste dans cette branche, nous ne sommes pas à l’abri de lire d’autres chefs-d’œuvre comme celui-ci !

Sonatine, 398 pages

Traduit par Etienne Gomez

Paru le 5 janvier 2023, 25€

"

  1. laplumedelulu dit :

    Déjà sur ma whislist. Merci pour la chronique. 🙏😘

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai beaucoup aimé « Seul le silence », celui-ci me tente beaucoup !

    Aimé par 1 personne

  3. alexmotmots dit :

    Ah chic, un bon cru de l’auteur. Il est vrai que ses derniers romans m’avaient déçus.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s