Réalisme sombre et violent

Court résumé: Accompagné de Yanis, 8 ans, Garry fuit la cité pour retourner à la Meute, petit village de ses origines. Mais que fuit-il, qui est cet enfant et que vont-ils trouver dans leur périple?

Mon avis:

Merci aux éditions du Rouergue pour cette lecture!

Voilà quelqu’un qui porte bien son nom. S’appeler Jérémy Bouquin quand on est écrivain, ça ne peut pas être un hasard. N’ayant jamais entendu parler de lui, j’ai voulu voir si ce hasard avait bien fait les choses.

Dès les premiers mots « Des plombes qu’il me tanne pour pisser ! », j’ai compris que je n’avais pas affaire au nouveau Marcel Proust. Mais de mon point de vue, ce n’est pas forcément une critique. Parce que ce langage sied comme un gant à cette aventure. En effet, les narrateurs qui nous rapportent les évènements sont des personnes très mal élevées. Ils ont été éduqués au fin fond du monde et vivent dorénavant dans une triste banlieue où le banditisme fait la loi. Ils relatent donc les faits avec leurs mots. Ils parlent comme ils pensent, avec un vocabulaire familier, souvent vulgaire. C’est un peu inattendu au premier abord mais je me suis accommodé rapidement. Ce style se lit très bien et est même adapté à l’atmosphère du livre.

Le récit au présent de l’indicatif permet au lecteur de vivre l’instant présent. Celui-ci se situe dans un coin retiré du Jura. Les protagonistes sont de retour dans ce décor qui a bercé leur enfance. Ce retour forcé par le destin permet de faire ressortir le passé. On découvre alors la vérité sur cette famille déchirée par les mauvais souvenirs. Leurs retrouvailles fortuites vont alors être à la hauteur de leurs rancœurs. Et pour ne rien vous cacher, ça cogne fort !

L’écriture, le scénario, les personnages, le paysage, l’ambiance, tout est taillé à la serpe. L’auteur ne fait pas dans la dentelle. J’ai été scotché de bout en bout par le réalisme des situations et la justesse du propos. J’ai été emporté par cet univers humainement sombre qui fait ressortir la dureté de l’Homme et ses pires instincts.

Ce livre est une vraie pépite de roman noir qui va vous frapper à coups de batte et vous laisser agoniser sur le bord de la route. C’est violent, c’est brillant et ça laisse des traces…Bravo à M Bouquin, dont le patronyme n’est tout compte fait pas usurpé !

Rouergue Noir, 173 pages

18€

17/20

"

  1. francksbooks dit :

    l’une de mes prochaines lectures merci Anthony !

    Aimé par 2 personnes

  2. J’ai adoré ce roman. Une vraie claque.
    Bises,
    Maeve

    Aimé par 2 personnes

  3. Je vais aussi le lire celui la début janvier. Et ta chronique me motive de le lire encore plus vite.

    Aimé par 2 personnes

  4. Cat dit :

    Il y a souvent des petites pépites chez Rouergue. Celui-ci je le note!

    Aimé par 1 personne

  5. Ada dit :

    Je voulais me porter volontaire pour faire une remarque sur son nom, mais tu m’as coupé l’herbe sous le pied.

    Et d’après ce que tu en dis, le livre doit valoir le coup !

    Aimé par 2 personnes

  6. lebouquinivre dit :

    C’est tout à fait le genre de bouquin qui me plairait! Brut au style incisif, je retiens 😉

    Aimé par 1 personne

  7. alexmotamots dit :

    Il a tout pour me plaire. Noté, forcément.

    Aimé par 1 personne

  8. N1ls0n dit :

    Super tu ma donné envie de le lire; ce genre de roman me plait 😀

    Aimé par 1 personne

  9. nanou dit :

    Je ne connais pas du tout, mais merci pour cette belle découverte ! je le note dans ma longue liste 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s