Court résumé: Une jeune mère s’occupe seule de son enfant de deux ans. Afin de s’échapper de son quotidien pesant, elle s’autorise des petites sorties…

Mon avis:

J’ai eu la chance de côtoyer Carole Fives lors du jury du Prix Orange du Livre 2019 dont je faisais partie. C’est une fille extrêmement sympathique, drôle et charmante. Depuis, n’ayant jamais lu une de ses œuvres, je me suis promis de corriger cette anomalie.

Dans ce court roman, on suit les traces d’une jeune maman qui élève seule son fils. Immergé dans son quotidien, on assiste à toutes les péripéties qui jalonnent son quotidien. Petit à petit, on comprend la détresse qui l’envahit face à toutes les épreuves auxquelles elle est confrontée. Sa vie est surchargée et la solitude s’en mêle. Elle se retrouve désemparée, engloutie sous ses responsabilités.

Cette histoire est d’autant plus difficile que l’héroïne ne peut partager ses désagréments avec personne sous peine de subir le regard et le jugement des autres. La communauté des mères respecte des règles de discrétion, qui empêche ses membres de se plaindre. La souffrance doit rester silencieuse.

En étant au plus proche de cette femme, on entre en empathie avec elle. Grâce à cette intimité, plusieurs jugements hâtifs que j’avais avant cette lecture, ont été remis en cause. J’ai été stressé par certaines scènes et je me suis senti impuissant avec cette femme.

A l’instar de « Amour propre » de Sylvie le Bihan que j’avais aussi adoré, « Tenir jusqu’à l’aube » fait preuve d’une grande lucidité sur le métier de mère d’aujourd’hui, dans notre société à la fois réactionnaire et castratrice. Ce texte, criant de vérité, permet de donner la parole à une mère isolée en prenant le contrepied du politiquement correct. Il nous ouvre les yeux sur une réalité bien moins douce que l’on veut nous faire croire. Dans le même temps, j’ai été frustré par la brièveté du texte mais j’ai aussi été ravi de retourner dans ma propre vie bien plus tranquille…

« Bravo Carole, j’ai hâte de découvrir tes autres livres ! »

Gallimard, L’arbalète, 177 pages

17€

"

  1. Pour ma part, j’avais préféré le précédent « Une femme au téléphone ».

    Aimé par 1 personne

  2. Antonietta dit :

    Ce n’est pas vraiment le genre d’ouvrage que j’ai pour habitude de lire mais pourquoi pas ?! 🤔
    Bonne soirée Anthony ! 😊

    Aimé par 1 personne

  3. PLAQUET dit :

    A découvrir prochainement pour ma part . Merci

    J'aime

  4. lebouquinivre dit :

    Je ne connaissais pas Carole Fives, merci pour la découverte 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Carole dit :

    Coucou AnthonY !!! La fille drôle sympa et charmante te remercie ! Merci de ta lecture ! A bientôt j’espère ! Carole

    Aimé par 1 personne

  6. Eve-Yeshé dit :

    j’ai bien aimé « Une femme au téléphone » j’hésite encore un peu pour entamer celui-ci…

    Aimé par 1 personne

  7. Talentueuse et cool, je note cette autrice 😉

    Aimé par 1 personne

  8. alexmotamots dit :

    Un point de vue intéressant, mais sur le même sujet, je préfère Les femmes sont occupées.

    Aimé par 1 personne

Répondre à alexmotamots Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s