Court résumé: Michaël Hudson sort de détention préventive où il s’est découvert une passion pour la lecture. Mais dehors, Phil Ornazian, qui l’a fait sortir, l’attend pour lui proposer un job…

Mon avis:

A l’instar de Michaël Connelly de Los Angeles et Dennis Lehane de Boston, George Pelecanos est considéré comme le spécialiste polar de Washington DC. En effet, à travers leurs trames policières, ce sont des écrivains qui brossent le portrait de leur ville fétiche. Étant un grand fan des deux premiers, j’avais hâte de découvrir une nouvelle vision de la capitale.

Le style de l’auteur saute tout de suite aux yeux. Que ce soit pour dépeindre l’environnement ou pour nous narrer les scènes, il fait la part belle aux descriptions. Il détaille les lieux, les personnages et leurs faits et gestes. Seulement, tous ses détails énumérés alourdissent un peu le rythme du récit. On se lasse au fil des pages de ces éléments qui ne créent pas d’ambiance et qui n’apportent rien à l’histoire. De plus, les personnages ne sont traités qu’en surface. On suit leur quotidien, leurs habitudes, mais on n’entre pas dans leur personnalité.

Malheureusement l’intrigue ne rattrape pas non plus le coup. Les scènes se suivent et se ressemblent. A la moitié du livre, j’attendais une surprise, un retournement ou au moins un début d’énigme, mais rien n’est venu. Le récit n’a ni densité émotionnelle et sensorielle, ni scénario passionnant. Même s’il parle beaucoup de littérature, c’est un livre plat, sans texture, qui m’a laissé de bois.

Michaël Connelly et Dennis Lehane se distinguent par le réalisme de leurs aventures. Sur ce roman en particulier, George Pelecanos n’est vraiment pas à la hauteur de ses deux compères. Il survole son sujet et ne m’a pas convaincu. Je lui donnerai bien sûr une autre chance avec un de ses premiers succès, qui sera peut-être à la hauteur de sa réputation. J’en attendais peut-être un peu trop ou je suis passé à côté de quelque chose. Ce n’est en tout cas que mon humble avis. J’attends votre ressenti !

Calmann-Levy Noir, 263 pages

Traduit par Mireille Vignol

19.90€

"

  1. […] (#540) George Pelecanos – A peine libéré | LES LIVRES DE K79 […]

    J'aime

  2. patrice kes dit :

    Fan tout comme vous des deux premiers, votre post m’a donné envie de retenir cet auteur pour plus tard…

    Aimé par 1 personne

  3. Bibliofeel dit :

    Je suis fan de Pelecanos dont je viens de chroniquer « Tout se paye » et j’attendais ce nouveau livre avec impatience. Il semble ne plus avoir l’inspiration. En tout cas  » Tout se paye » est pour moi un très bon roman.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s