Court résumé: Suite à un héritage, Billie James, fille d’un père noir et d’une mère blanche, revient dans le Mississippi, dans la maison de son enfance. Alors qu’elle s’installe à Greendale, le spectre de la mort de son père refait surface…

Mon avis:

A l’heure où j’écris ces lignes, des manifestations se multiplient aux États-Unis, en réaction à la mort d’un homme noir tué par les forces de police. Sans le vouloir, cette histoire entre en parfaite résonance avec l’actualité.

Alors que l’héroïne métisse revient dans sa région d’origine, elle est confrontée au comportement étrange des gens du pays. Elle comprend que la mort de son père, trente ans auparavant, qui semblait accidentelle, cache de nombreux mystères.

Au-delà de cette quête de vérité, Chanelle Benz veut montrer le rapport toujours compliqué entre les différentes communautés dans certaines régions américaines. Grâce aux investigations de Billie, le récit alterne entre l’histoire ancienne du père et le quotidien actuel. On balaye ainsi sur des décennies l’évolution des relations interraciales. On constate que malgré la fin de la ségrégation, l’image des noirs n’a pas changé aux yeux de certains.

Ce roman fait donc partie des indispensables si on veut comprendre l’Histoire et si on veut éviter de refaire les mêmes erreurs. Le fonds est très important. Mais c’est au niveau de la forme que la mécanique coince. Les personnages n’ont pas assez de volume pour incarner le combat qu’ils représentent. A l’instar des dialogues, je les ai trouvés un peu plats et je n’ai ressenti ni leurs convictions et ni leur sincérité. Le scénario étant lui aussi prévisible, je n’ai pas vraiment été pris par le destin des protagonistes. Chanelle Benz nous raconte une histoire dramatique mais elle en oublie en route les sentiments qui l’accompagnent. Son aventure dont j’attendais beaucoup a donc été une petite déception pour moi.

Alors oui, ce thème méritait d’être mis en lumière, oui, ce livre avait de bonnes intentions mais personnellement, je n’ai jamais été en phase avec lui. Dénué de profondeur, il m’est passé sous les yeux. Rendez-vous manqué, à vous de juger !

Seuil, 317 pages

Traduit par David Fauquemberg

21€

"

  1. […] Source : (#558) Chanelle Benz – Rien dans la nuit que des fantômes | LES LIVRES DE K79 […]

    J'aime

  2. lebouquinivre dit :

    Dommage! En effet le fond est d’une importance capitale, mais si la forme n’est pas là….

    Aimé par 1 personne

  3. […] (#558) Chanelle Benz – Rien dans la nuit que des fantômes — LES LIVRES DE K79 […]

    J'aime

  4. alexmotamots dit :

    Au vue de ton avis, je passe mon tour.

    Aimé par 1 personne

Répondre à (#558) Chanelle Benz – Rien dans la nuit que des fantômes — LES LIVRES DE K79 – Le Vélin et la Plume Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s