Court résumé: Dans un monde où les souvenirs se vendent et s’échangent grâce à une application révolutionnaire, Gabriel, amateur de théâtre, revit à plus d’un demi-siècle de distance la première de Phèdre en 1942 à la Comédie Française. Dans la salle, il remarque une spectatrice dont la nuque l’envoûte aussitôt…

Mon avis:

Je remercie les éditions Albin Michel pour cette lecture!

Le premier roman de Clélia Renucci m’avait beaucoup plu et il avait même été un compagnon de choix lors de mon premier voyage à Venise. « Concours pour le paradis » avait donné une autre dimension à ma découverte du tableau du palais des Doges.

Cette fois-ci, l’autrice change de décor et d’époque. Elle nous fait voyager entre passé et présent. Grâce à un procédé qui permet de regarder les souvenirs des autres, le personnage principal tombe sous le charme d’une femme qui a vécu le siècle dernier. Dès lors, il se met en quête des images, des informations, des témoignages qui pourraient le rapprocher d’elle. Il est prêt à tout, même à l’aimer par procuration.

Seulement, l’attirance devient obsession. Le héros se retrouve confronté au choc des deux époques dans lesquelles il évolue. Son obsession irrationnelle déstructure sa vie. Il perd pied. Seul son entourage bienveillant a les moyens de le raccrocher à la réalité.

A travers sa poursuite exaltée, Gabriel met aussi en lumière l’existence d’Oriane Devancière. On la suit dans sa passion pour la musique et dans ses amours passionnées. Mais, période de seconde guerre mondiale oblige, on assiste aussi à sa tragédie humaine. Elle connaît un destin tragique de déportée et grâce à la belle plume de l’écrivaine, on ressent toute la douleur de cette expérience. Ces allers retours dans le temps en disent alors long sur notre société passée et présente.

Clélia Renucci créé une ambiance particulière dans laquelle le lecteur est emporté. A l’instar du protagoniste, on évolue comme dans un songe, entre hier et aujourd’hui, entre volupté et brutalité. « La fabrique des souvenirs » est un texte envoutant, empreint de nostalgie et d’amour. Je ressors de ce voyage musical, culturel, et poétique avec la tête dans les nuages. Une expérience sensorielle !

Albin Michel, 308 pages

Paru le 18 Août 2021, 19.90€

"

  1. alexmotamots dit :

    Il me faisait de l’oeil chez mon libraire, mais j’attendais d’avoir des avis avant de me lancer. Merci pour le tien.

    Aimé par 1 personne

  2. Je l’avais repéré moi aussi😉. On est rarement déçu avec Albin Michel. Joli retour de ta part Anthony 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s