Court résumé: Jacob est un énigmatique prophète à la tête d’une organisation criminelle établie dans un vieux cinéma, labyrinthe peuplé d’une faune marginale, obscène et violente. Au cours d’une nuit sanglante, des bandes rivales tenteront de renverser Jacob et de s’approprier son pouvoir…

Mon avis:

Je remercie les éditions Les Arènes pour cette lecture!

Il y a des livres dont on ne sait rien mais dont le visuel nous attire. « Pandémonium » est de cette espèce et il m’a tout de suite intrigué. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en débutant cette lecture et je n’ai pas plus de certitudes après l’avoir refermé.

Dès les premières lignes, j’ai pris conscience de la singularité du texte. L’histoire nous entraine dans une folle descente vers les abysses d’un monde lugubre. Le décor est sombre, les lieux infréquentables, les personnages complètement dérangés, le tout contrôlé par un esprit omniscient qui règne en maître. L’atmosphère de cette aventure est posée.

L’enchaînement des chapitres jongle entre les protagonistes. On y croise des pervers, des tueurs, des tortionnaires, des âmes égarées, des sados, des masos. Ils se retrouvent au même endroit, au même moment, le carnage peut commencer. Des scènes brutales et malsaines, qui n’ont aucun lien entre elles si ce n’est leur désespérance, se succèdent dans une cacophonie scénaristique. Rien ne nous est épargné dans les descriptions et on se prend ces instincts bruts en pleine face. La narration est sans filtre et sans limite. Autant vous dire que vous ne trouverez pas la lumière au bout de ce profond tunnel.

Ce roman est une expérience tellement déconstruite et violente qui laissera peut-être des lecteurs au bord de la route. Pour ma part, à la sortie de cet univers, c’est la perplexité qui prédomine. J’ai du mal à définir ma lecture tant sur le contenu que sur mon ressenti. Je peux juste vous dire que les 200 pages à la plume incisive m’ont percuté de plein fouet et m’ont laissé groggy. Il ne vous reste plus qu’à tenter vous-mêmes ce voyage littéraire surréaliste. Je peux vous garantir avec certitude qu’il ne vous laissera pas de marbre !

Equinox, 235 pages

Paru le 26 août 2021, 17€

"

  1. alexmotamots dit :

    Aimé mais sans plus : trop secoué, peut-être ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s