Court résumé: La Réunion, 2020. Un sorcier vaudou tisse sa toile autour de l’obscure Eglise qu’il a fondée loin de son Togo natal. Un homme meurt dans une terrible attaque de requin. Une petite fille se replie sur sa détresse de jour en jour. L’île, malgré ses paysages entre lagons turquoise et montagnes luxuriantes, n’a rien du paradis auquel Paul Kessler s’attendait…

Mon avis:

Je remercie les éditions Fleuve pour cette lecture!

Je suis un grand consommateur de polars et de thrillers et je n’avais jamais lu de Jacques Saussey. Shame on me ! Heureusement, cette anomalie est maintenant rétablie.

A chaque chapitre, le récit alterne entre plusieurs personnages que l’on rencontre à différentes périodes. Un accident énigmatique avec des relents de drogue et de jeu, un meurtre de sang-froid sur fond de maltraitance enfantine, une tueur effrayant dénué de compassion, trois histoires se succèdent et n’ont à priori aucun lien entre elles.

Au fil des diverses enquêtes et révélations, le puzzle prend forme. Le scénario est assez déstabilisant parce que sous chaque piste se cache une nouvelle énigme. L’étau se ressert petit à petit et une certaine tension monte crescendo. Pris au piège de la narration, on ne s’ennuie donc jamais pendant cette aventure.

Même s’il reconnaît à la fin du livre qu’il n’a jamais mis les pieds sur l’île de la Réunion, l’auteur s’en sort vraiment bien pour nous raconter l’atmosphère particulière de ce lieu. Mais le lecteur n’a pas le temps d’en profiter. Il découvre une autre version de cette vie paradisiaque lorsqu’elle est confrontée à la face sombre de l’Homme et à ses secrets les plus morbides.

Jacques Saussey mène de main de maître ce thriller avec son personnage principal charismatique au passé torturé. La mécanique est parfaitement huilée et sait naviguer entre exotisme et perversité. Il est en effet important de préciser que tout comme la chanson de Barbara à laquelle il fait référence, « L’aigle noir » aborde un thème assez glauque, qui touche aux enfants. Je le déconseille donc fortement aux âmes sensibles.

Pour les autres, l’aventure sera noire mais palpitante. Jacques Saussey est un auteur, à mon goût, pas assez mis en avant. Son arrivée dans sa nouvelle maison d’édition jouera surement ce rôle à la perfection. Au vu de ce livre, ce serait mérité !

Fleuve Noir, 523 pages

Paru le 6 octobre 2022, 22.90€

"

  1. laplumedelulu dit :

    Il FAUT ABSOLUMENT que tu lises le Loup peint. Merci pour la chronique 🙏😘

    Aimé par 1 personne

  2. alexmotmots dit :

    Chez Fleuve noir, rien que ça !

    Aimé par 1 personne

  3. Titia dit :

    Je n’ai jamais lu de roman de Jacques Saussey, et ta chronique me donne très envie !

    Aimé par 1 personne

  4. Céline dit :

    Un auteur que je compte bien découvrir un jour 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s