Deuils

Court résumé: Nathan revient dans sa ville natale parce que son frère vient de perdre la vie dans un accident. Il rencontre alors un groupe d’amis qui ont vécu auprès de celui-ci…

Mon avis:

Merci aux éditions Viviane Hamy pour cette lecture!

Suite au décès accidentel de son frère, Nathan veut rattraper le temps perdu loin de lui. On suit donc son cheminement pour essayer de se rapprocher de ce quasi inconnu. Pour se faire, il s’immisce dans le cercle fermé de ses anciens acolytes.

Et là, il entre dans l’ambiance féérique qui règne autour de ce groupe d’amis. Débordant d’insouciance, elle souffle un vent de liberté sur le livre. On a envie de laisser nos problèmes de côté et de tracer la route aux côtés de cette jeunesse désinvolte. Le narrateur, envoûté par les différents phénomènes qu’il rencontre, se livre aussi corps et âme à cette communauté. Il découvre le monde du cirque, un monde hors du temps et de la réalité.

Mais cette histoire est aussi celle d’un deuil. Il plane sur les protagonistes.  Ils vivent tous cette disparition de manière différente. Certains s’enferment dans le chagrin, d’autres se mettent en danger pour oublier leur culpabilité, et d’autres encore, continuent leurs vies comme si de rien de n’était. N’ayant que peu de souvenir de son passé, le héros va chercher sa tristesse auprès des autres.

L’auteur s’attarde également sur les liens du sang qui lient les êtres malgré eux. Nathan le solitaire, ressent le besoin de s’unir à son cadet, même après sa mort, comme s’il avait fallu ce drame pour le rappeler à l’ordre.

Le premier roman de François Pieretti trouve sa force dans l’atmosphère et les sentiments qu’il sait parfaitement retranscrire. Grâce à une plume adaptée au récit, il fait vivre au lecteur une expérience d’immersion dans un univers à part, où tout est atemporel. Au milieu des jonglages, des roulades, des envolées, des flammes, le lecteur est emporté dans une multitude d’émotions qui reflète la puissance des rapports familiaux et amicaux. « Saltimbanques »  est un livre à la fois triste et aérien. C’est un long chemin de tristesse vers un retour à la réalité !

Viviane Hamy, 240 pages

18€

"

  1. Eve-Yeshé dit :

    je l’avais noté car pas mal de bonnes critiques! beaucoup de belles découvertes en ce moment 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. alexmotamots dit :

    Un long chemin de douleur : tant que ça ?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s