Court résumé: Fondé sur deux conférences prononcées par Virginia Woolf dans des colleges pour femmes, ce texte traite de la place de la femme dans la littérature…

Mon avis:

Je remercie les éditions Folio pour cette lecture!

A l’heure où une révolution féminine se met en marche, il me semblait intéressant de revenir à un texte classique, précurseur de cette cause.

Dans cet essai, Virginia Woolf s’intéresse « aux femmes et à la fiction » et tente d’expliquer l’absence de celles-ci dans la littérature et dans la poésie, depuis des siècles. L’ancienne traduction de ce texte de Virginia Woolf s’intitulait « Une chambre à soi ». A travers ce court texte, il est bien sûr question de l’impossibilité pour les femmes d’avoir accès à une pièce dédiée à l’écriture. Mais outre cet obstacle matériel, l’époque et les coutumes ont aussi beaucoup fait à cette anomalie historique. C’est pourquoi, après la lecture de ces pages, je trouve que cette nouvelle adaptation, « Un lieu à soi », s’éloigne du titre original mais représente bien mieux le contenu.

En effet, l’autrice prouve que les femmes ont de multiples autres raisons de ne pas s’être libérées avec leur écriture. L’histoire de l’humanité traîne derrière elle des usages ancestraux qui ont pénalisé leurs ambitions. Elles n’avaient ni le temps (avec leurs tâches domestiques), ni l’accès à l’argent, ni la possibilité d’une éducation pour accéder à cette pratique. Elles devaient aussi composer avec les préjugés masculins et féminins qui les ont confortées dans leur complexe d’infériorité. Tous ces handicaps découlaient bien entendu de leur rapport aux hommes.

C’est un exposé exigeant par le style, très travaillé. J’ai eu un peu de mal avec les quelques digressions qui parsèment le début. Mais une fois le discours recentré, la plume percute et développe ses propos avec force.

Cette grande écrivaine du siècle dernier avait déjà une vue assez réaliste de la situation. Depuis son époque, plusieurs choses ont bougé, mais il subsiste tout de même quelques restes du patriarcat persistant. Les femmes ont donc encore un certain nombre de combats à mener afin d’éradiquer les injustices. Ce discours peut être une des bases du changement !

Folio Classique, 172 pages

Traduit par Marie Darrieussecq

7.50€

"

  1. Ada dit :

    Je dois avoir connu la traduction « Une chambre à soi » car c’est le titre de mon livre ! J’ai pas adoré comme toi car je n’ai pas accroché au style de l’autrice. (du coup, j’ai peur pour ses romans…) Et comme toi, le début a failli me décrocher, j’ai dû m’y reprendre à deux fois !

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore …. Le style, l’argumentation, l’humour parfois….. Une idole pour moi mais je peux comprendre que son écriture peut dérouter…. Il faut s’y plonger et se laisser bercer 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Il fait partie de ces livres que je veux vraiment découvrir et qui m’impressionne quand même pas mal 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Ce serait l’occasion idéale de découvrir enfin le style d’écriture de Virginia Woolf. 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s