Court résumé: Dog Island est une île située à moins de dix-huit kilomètres de Manhattan. Lorsque deux morts suspectes apparaissent, le passé tourmenté des lieux revient sur le devant de la scène…

Mon avis:

Je remercie les éditions Hervé Chopin pour cette lecture!

La couverture du livre me laissait imaginer un roman d’aventure sur une île. En fait, « Dog Island » est plutôt un huis clos en plein air, à la manière des romans d’Agatha Christie.

L’aventure se déroule dans un endroit isolé du monde où seulement une poignée d’habitants occupent les lieux. Cette île a la particularité d’avoir un passé chargé en évènements sombres. En effet, après la guerre de Sécession, elle a été un pénitencier, puis elle a servi de base militaire durant la guerre froide et finalement de cimetière géant pour les personnes abandonnés par l’Etat. Alors quand des morts suspectes apparaissent sur son sol, les secrets refont surface.

Les inspecteurs vont se servir de toutes ces pistes afin de déceler la vérité. Le récit revient donc régulièrement dans le temps. L’enquête repose sur les interrogatoires des citoyens. Au fil des échanges avec cette population, les détails de l’Histoire se précisent. Chaque personnage se révèle mystérieux et les soupçons se multiplient.

Malheureusement, entre l’idée de départ et le dénouement, il y a deux cents pages à remplir. Et il semble que l’auteur n’avait pas assez de contenu pour pouvoir nous garder sous pression. En découle un très long passage où les protagonistes tournent en rond. Les enquêteurs interrogent en boucle les suspects et le scénario n’avance pas. Les courts chapitres, censés accélérer le rythme, m’ont paru répétitifs. Je me suis ennuyé jusqu’à perdre l’envie de connaitre la fin.

J’ai senti que Michel Moati avait un véritable potentiel. Sa narration est parfaitement maîtrisée et son écriture est très bon niveau. Mais son histoire manque d’épaisseur pour tenir sur la longueur et je suis resté sur ma faim. Contrairement à Agatha Christie (dont il revendique l’héritage), il tergiverse trop et perd en efficacité. Vous aurez compris ma déception. Je vous laisse vous faire votre propre avis !

Hervé Chopin, 480 pages

Paru le 03 Juin 2021, 19€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s