Court résumé: À la veille de ses trente ans, au cours d’une nuit entourée des fantômes de son passé, Héloïse va se raconter. Portée par les souvenirs et les remords, elle ouvre la boîte de Pandore…

Mon avis:

Je remercie les éditions IFS pour cette lecture!

Ophélie Cohen est une consœur blogueuse qui faisait des articles sur les polars et que je suivais attentivement. Jusqu’au jour où elle a décidé de faire ce que tout chroniqueur rêve un jour de faire, écrire son propre roman. Et « Héloïse » est née !

Avec ce texte, elle nous enferme dans la tête d’une femme trentenaire qui se repasse le film de son existence. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la vie ne lui a pas fait de cadeaux et ce, depuis le tout début. Dès son enfance, son parcours a été jonché de drames. Alors son caractère s’est forgé en conséquence. La violence, la fuite sont devenues ses moyens de défense.

Par son comportement, l’héroïne pourrait sembler insupportable tant elle détruit tout sur son passage. Mais le talent de l’autrice réside justement dans cette capacité à nous faire aimer ce personnage ingérable en nous immisçant dans ses pensées les plus profondes. Ainsi, on découvre l’origine du mal et son comportement prend tout son sens.

Cette histoire fait aussi naître un certain paradoxe. La vie d’Héloïse est tellement dure que le moindre évènement, sans souffrance, est vécu comme un instant béni. Des situations qui nous paraitraient banales deviennent lumineuses pour elle. L’autrice retranscrit bien la puissance des sentiments. On entre en empathie avec l’héroïne et on vit à ses côtés ces vagues émotionnelles contradictoires.

Mené par une plume simple et incisive, j’ai été ballotté dans l’esprit torturé de cette écorchée vive. J’ai pris un sombre plaisir avec ce roman psychologique, toujours sur la brèche. Et c’est avec une nostalgie un peu malsaine que j’ai dû quitter Héloïse.

Ophélie Cohen a réussi à passer de l’autre côté du miroir avec succès et ce n’est pas une chose facile (j’en sais quelque chose !). J’ai hâte de voir ce qu’elle nous réserve pour la suite…

IFS Phénix Noir, 344 pages

Paru le 13 octobre 2021, 15.95€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s