Court résumé: Après des classes à Angers puis à Draguignan où on lui enseigne le métier des armes, le jeune Moix, désormais officier d’artillerie, va connaître, l’épreuve des responsabilités, de la promiscuité et du commandement…

Mon avis:

Je remercie les éditions Grasset et NetGalley pour cette lecture!

Après un « Orléans » troublant sur son enfance martyrisée et un « Reims » plus anodin, consacré à ses études fastidieuses, Yann Moix propose un troisième épisode de la quadrilogie autobiographique « Au pays de l’enfance immobile ».

Cette fois-ci, le narrateur se retrouve à Angers puis Verdun. Il participe, contre son gré, aux dernières sessions du service militaire avant que celui-ci ne disparaisse définitivement. On comprend très vite qu’il n’est pas vraiment compatible avec ce genre d’institution et qu’il va devoir s’adapter.

Cet opus est beaucoup moins autocentré que les précédents. Durant cette période, il brosse le portrait de plusieurs de ses camarades d’infortune et offre un éventail des personnalités qui sont passées par ces épreuves. Il peut ainsi donner une idée de l’impact de cette expérience humaine sur les différents caractères.

A la lecture des premiers chapitres, j’ai craint que ce roman ne soit qu’une accumulation de situations grotesques qui servirait une critique acerbe du système. Mais finalement, l’auteur, toujours aussi inflexible dans ses opinions, devient de plus en plus malléable au fil du texte. La mécanique répétitive du quotidien militaire engendre une accoutumance aux règles. En s’éloignant du l’incertitude de la réalité, il se sent presque en sécurité au sein de l’institution et trouve une forme de plaisir à ce microcosme.

Après un deuxième volume qui m’avait beaucoup moins convaincu et qui n’avait pas marqué mes esprits, l’écrivain reprend un peu du poil de la bête. Son personnage égoïste et hautain montre même une part d’humanité dans l’univers rigide et aseptisé de l’armée de terre. Grâce à son écriture toujours de haut niveau (même si certains la trouveront peut-être trop littéraire), Yann Moix continue de nous narrer les époques de sa vie avec sagacité. Je serai bien sûr présent pour son arrivée à Paris dans la prochaine aventure !

Grasset, 254 pages

Paru le 9 mars 2022, 19.50€

"

  1. laplumedelulu dit :

    Même pas en rêve je me procure le livre même si ta chronique est élogieuse, le mec, là, je peux pas, c’est épidermique. 🤣

    Aimé par 1 personne

  2. Matatoune dit :

    Après Orléans, j’ai abandonné ! En tout cas merci pour ce retour encourageant pour un retour vers sa découverte !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s