Court résumé: Douze ans ont passé depuis les événements de Bird Box, où des entités dont la seule vue pousse les gens à se donner violemment la mort ont envahi le monde. Malorie, qui a échappé au massacre, se cache désormais, un bandeau sur les yeux, prête à tout pour protéger ses enfants.

Mon avis:

Je remercie les éditions Calmann-Levy pour cette lecture!

A sa sortie, je n’avais pas aimé l’adaptation télévisuelle du livre « Bird Box ». Récemment, sur les conseils d’une amie, j’ai mis mes préjugés de côté pour découvrir l’œuvre originale. J’étais donc encore dans l’ambiance lors que j’ai commencé cette suite.

On renoue avec les personnages principaux douze ans après les faits. Ils sont repartis dans le monde aveugle. Comme dans le précédents, les sensations sont au cœur de l’aventure. En osmose avec les protagonistes, le lecteur est plongé dans le noir avec eux. Alors, tous les sens sont en éveil afin de faire face aux différents obstacles.

Dans les premiers chapitres, les personnages sont en errance sans véritable but. Un moment, j’ai craint que le récit ne se repose sur ses acquis. Comme j’avais encore bien en tête le précédent, j’ai eu l’impression que l’auteur se contentait seulement de surfer sur la vague. Heureusement, à la moitié du livre, Josh Malerman remet en marche sa célèbre imagination. Il donne une nouvelle direction aux évènements et ainsi relance l’intérêt. Emporté dans un environnement différent, on redécouvre avec plaisir ces instants pendant lesquels on est constamment sur le qui-vive. La tension redevient palpable et on tourne les pages sans interruption.

J’ai quand même un petit bémol qui concerne le fond de l’histoire. En effet, dans le premier épisode, j’avais apprécié le flou autour de l’origine de Mal. Il ajoutait du mystère et on pouvait tout imaginer. Seulement, avec ce deuxième opus, j’attendais quelques réponses. Ne les ayant pas, je suis un peu frustré. Ceci étant dit, ma lecture fut vraiment agréable. J’ai retrouvé toute l’efficacité de l’écrivain américain, surtout dans la seconde partie. Je serai bien sûr au rendez-vous quand Josh Malerman décidera de continuer l’aventure, en espérant qu’il n’attendra pas six ans cette fois avant de nous faire frissonner de nouveau !

Calmann-Levy Noir, 320 pages

Paru le 01 juin 2022, 21.90€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s