Court résumé: Écrivain à la dérive, John Harper vient d’apprendre une nouvelle qui le bouleverse : son père, qu’il n’a jamais connu et croyait mort depuis longtemps, est bel et bien en vie, mais à l’hôpital. De plus, son père n’est pas n’importe qui, puisqu’il s’agit de Lenny Bernstein, l’un des pontes de la mafia new-yorkaise…

Mon avis:

Merci aux éditions Sonatine pour cette lecture!

J’ai une relation particulière avec RJ Ellory. Depuis plusieurs années, je réponds présent à chacune de ses sorties. Mon ressenti alterne toujours entre le bon et le très bon. Certains romans sont de purs chefs d’œuvres et d’autres sont moins marquants. La seule chose qui est récurrente chez l’auteur, c’est sa capacité à se renouveler. On ne sait jamais où il va nous emmener.

Cette fois-ci, il revient dans le milieu de la mafia. Mais comme il ne fait jamais comme tout le monde, il l’aborde avec un prisme original. En effet, il met en scène un homme ordinaire qui, par le jeu de l’héritage, se retrouve empêtré dans un système dont il ignore tout. Dès lors, sa crédulité est mise à rude épreuve. Le choc des univers, entre le commun des mortels et cette société ténébreuse, est au cœur de cette aventure.

Entre trahison et machination, le personnage principal ne sait plus où donner de la tête. En tant que lecteur, on comprend qu’une manœuvre douteuse se dessine mais on reste dans le brouillard. Le récit fait la part belle aux dialogues entre le héros et les autres protagonistes. Grâce à ces échanges, il peut reconstituer la réalité de son patrimoine familial et perdre peu à peu son innocence. Le mystère reste entier jusqu’ à ce que toutes les pièces du puzzle soient enfin en place.

Ce nouvel opus ne fait partie de mes préférés de RJ Ellory. Cette parfaite démonstration de la loi du silence souffre de quelques longueurs au milieu de l’histoire, cette petite faiblesse qui est souvent le trait commun de ses livres les plus dispensables. Ceci étant, je tatillonne un peu parce que je suis convaincu de son grand talent. Cet écrivain reste une valeur sûre du roman noir et son savoir-faire fait la différence. Vivement le prochain, pour être surpris à nouveau !

Sonatine, 588 pages

Paru le 2 juin 2022, 23€

"

  1. Hedwige dit :

    Merci Anthony, je me réjouis de lire ce roman ! D’ailleurs je compte bien lire tous les livres de cet auteur

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s