Court résumé: La narratrice décide de tout plaquer pour changer de vie…

Mon avis:

Je remercie les éditions Flammarion pour cette lecture!

Contrairement à la plupart des gens, Constance Debré a décidé de faire tout l’opposé de ce que l’on attendait d’elle. Elle a lâché son boulot stable pour se consacrer à l’écriture, elle a divorcé pour vivre son homosexualité sans tabous, elle a quitté son logement pour passer d’appartement en appartement. Autant dire qu’en terme de changement, elle n’a pas fait dans la dentelle. Elle a laissé une vie ordinaire et rangée pour vivre SA vie. Elle s’est créé sa propre liberté, en faisant exploser l’ensemble des conventions de son quotidien. N’écoutant que ses envies, elle se contente d’un minimum qui la rend heureuse.

Seulement cette quête de liberté se heurte aux préjugés, qui sont encore très puissants dans notre société pourtant moderne. Tel « l’étranger » de Camus, l’autrice n’est jamais comprise par le reste de la population. Son comportement déroute le monde aseptisé d’aujourd’hui, qui rejette ce qu’il ne comprend pas. Elle pourrait s’en moquer mais la présence de son fils constitue un lien avec le monde qu’elle ne peut briser.

Grâce à une plume incisive, à l’os, l’autrice nous livre le récit d’une écorchée vive qui se débat afin de rester un électron libre. Elle tente de continuer son chemin en dehors des clous, malgré les injonctions des us et coutumes. Le texte est subversif sans concession, mentalement brutal. Il dérangera surement les bienpensants. Mais l’honnêteté dont fait preuve Constance Debré, rend son histoire particulièrement touchante.

Personnellement, je suis plutôt conventionnel dans mes choix de vie. Conditionné par mon environnement, j’ai toujours essayé de faire comme Monsieur Tout le Monde, suivre les règles, ne pas trop déranger. C’est pourquoi le roman de Constance Debré a agi sur moi telle une véritable secousse. Entrer dans son esprit libéré m’a vraiment dérouté. J’ai été bouleversé par sa révolte silencieuse, dénuée de violence. Mon premier coup de cœur de la rentrée !

Flammarion, 192 pages

18€

"

  1. ideelle dit :

    Un livre qui me tentait déjà pas mal , alors comment ne pas craquer après une telle chronique ! 😉🙏🏻

    Aimé par 1 personne

  2. jostein59 dit :

    Je ne pensais pas le lire, tu me fais douter. De plus en plus d’auteurs revendiquent et affirment leur différence, leur liberté.

    Aimé par 1 personne

  3. […] (#518) Constance Debré – Love me tender | LES LIVRES DE K79 […]

    J'aime

  4. lebouquinivre dit :

    Belle analyse qui est très intéressante! Effectivement, je te rejoins sur le côté vie conventionnelle! 😁

    Aimé par 1 personne

  5. Il ne m’attirait pas plus que ça mais tu viens de me faire changer d’avis avec ton billet.

    Aimé par 1 personne

  6. Jolie chronique. Je te rejoins sur cette notion de « norme ». Constance Debré a eu un sacré courage ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. J’hésite, j’hésite……si loin de ma vie….. Bon finalement il va falloir que je me fasse ma propre idée mais moi aussi car on a besoin parfois d’être bousculée 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s