Tout est brisé, presque tout!

Court résumé: Le quotidien d’Erica est rythmé par les caprices de son père tyrannique et impotent. En plus, elle n’a pas de nouvelles de son fils Jimmy…

Mon avis:

Merci aux éditions Gallmeister pour cette lecture!

William Boyle nous propose avec ce livre d’entrer dans le quotidien de personnes ordinaires. Ce sont pour la plupart des laissés pour compte que l’on va suivre pendant 200 pages. On va rencontrer Elisa, la femme seule, qui après la mort de son mari, doit s’occuper de son père grabataire et Jimmy, son fils, qui revient au bercail après s’être égaré.

Autant vous dire que tout ceci n’est pas joyeux. Ces destins transpirent le désespoir et l’ambiance est plutôt sombre. Mais pour créer son atmosphère, l’auteur ne rajoute pas de péripéties ou de drames supplémentaires. Il ne joue pas la carte de la surenchère et se concentre sur la simple vérité.  Il place le lecteur au plus près de la vie de ses protagonistes. Pour ce faire, on assiste à des moments de leur vie et pas forcément les plus glorieux. Les travers des personnages sont mis en exergue lors d’échanges très réalistes. Le manque de communication  et le relationnel compliqué de cette famille créent des situations assez gênantes dans lesquelles les acteurs ne semblent jamais trouver leur place. La tension est telle que l’on se sent, nous aussi, mal à l’aise.

La relation mère/fils est à la base de cette histoire mais plusieurs thèmes sont aussi traités. Avec Jimmy, l’auteur s’attache à montrer les ravages de l’alcool et de l’homophobie sur l’existence d’un jeune homme et avec Elisa, il développe l’amour inconditionnel d’une mère et l’espoir d’un jour meilleur.

Grâce à ce texte très ancré dans la réalité, William Boyle nous livre une tranche de vie d’individus sans défense, qui se recroquevillent sous les coups du destin. Ces esprits tourmentés combattent quotidiennement pour refaire surface. Leurs retrouvailles forcées donnent lieu à des scènes oppressantes mais qui débordent d’humanité. On comprend alors que tout devient plus complexe quand « tout est brisé » !

Gallmeister, 208 pages

22.50€

15/20

"

  1. Ta chronique me rappelle que je n’ai jamais lu cet auteur, et j’ai pourtant un livre de lui dans ma PAL… (La vie aux aguets, je ne sais pas si tu connais) On me l’a recommandé chaudement, ton article en rajoute une couche !

    Aimé par 1 personne

  2. Indra dit :

    Il faut vraiment que je me le dégotte, celui-ci…
    Super chronique comme je les aime ! 😀

    Aimé par 1 personne

  3. Cat dit :

    Bon retour de ce roman. Je note. Passe une belle journée!

    Aimé par 1 personne

  4. Eve-Yeshé dit :

    je me laisserais bien tenter…

    Aimé par 1 personne

  5. alexmotamots dit :

    Je suis étonnée que l’auteur soit publié par cette maison d’édition. Mais je note tout de même.

    Aimé par 1 personne

  6. solenev79 dit :

    J’aime beaucoup cet auteur!

    Aimé par 1 personne

  7. Ellettres dit :

    Intéressant. Dans le genre ça me fait un peu penser aux nouvelles d’Alice Munro…

    Aimé par 1 personne

  8. […] « Tout est brisé » de William Boyle chez Gallmeister: infos ici et ma chronique ici […]

    J'aime

  9. […] « Tout est brisé » de William Boyle chez Gallmeister: infos ici et ma chronique ici […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s